Italie: il touche régulièrement son salaire pendant 15 ans, sans se rendre au travail

Baptisé le «Roi des absents» par la presse italienne, un homme, aujourd’hui âgé de 67 ans, ne se rendait pas à son travail à l’hôpital Pugliese Ciaccio depuis 2005. Mais, il touchait régulièrement son salaire.

Comme rapporté par The Guardian, l’homme, aujourd’hui âgé de 67 ans, ne se rendait pas à son travail à l’hôpital Pugliese Ciaccio depuis 2005. Il continuait pourtant à toucher son salaire mensuel pour un montant total de 538.000 euros, soit près de 352 millions f CFA.

Avec la complicité de certains cadres de l’établissement, il a continué à être payé jusqu’en 2020. L’homme est accusé d’abus de pouvoir, de faux et d’extorsion aggravée. Et cette affaire d’absentéisme est le symbole d’un fléau qui touche tout le secteur public en Italie.

En 2005, le principal accusé avait menacé l’ancien directeur de l’hôpital qui souhaitait faire un rapport disciplinaire sur son absentéisme à répétition. Lors du départ à la retraite du directeur, le successeur de ce dernier et les ressources humaines n’ont pas pris soin de vérifier si l’employé était présent au travail.

L’absentéisme au travail, un fléau en Italie

L’absentéisme au travail dans le secteur public est un combat prioritaire depuis 2016 en Italie. Plusieurs enquêtes ont permis de démasquer des employés qui trompaient le système. L’installation de caméras de surveillance a notamment permis à la police de surprendre plusieurs fraudes. Plusieurs enquêtes ont montré que certains fonctionnaires ne venaient que quelques minutes par jour sur leur lieu de travail, juste le temps de pointer.

D’autres employés ont été surpris en train de pointer sur leur lieu de travail avant d’aller faire du shopping, rencontrer des amis ou faire du canoë, etc. Autre exemple confié par la police, celui d’un agent chargé de la circulation surpris en train de pointer en sous-vêtements… avant de repartir se coucher.

Laisser un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus