Etats-Unis: «je ne pense pas que l’Amérique soit raciste», Joe Biden

Le président américain a reconnu que son pays avait une histoire de racisme à laquelle il fallait faire face. Il a cependant soutenu qu’il ne pensait pas que les américains soient racistes.

Se prononçant sur le sujet très délicat du racisme aux Etats-Unis, le président Joe Biden a indiqué que les noirs américains ont été « laissés dans une position où ils sont si loin derrière le huitième ballon en termes d’éducation, de santé, en termes d’opportunités ». Mais pour Biden, cela ne signifie pas que les américains sont d’office, racistes.

A lire aussi: Les Etats-Unis ne veulent pas d’escalade avec la Russie, selon le président Joe Biden

« Je ne pense pas que l’Amérique soit raciste, mais je pense que le surplomb de tous les Jim Crow, et avant cet esclavage, a eu un coût, et nous devons y faire face », a-t-il déclaré lors d’une interview avec NBC News Jeudi. Jim Crow fait référence à une série de lois adoptées après l’abolition de l’esclavage visant à maintenir la ségrégation raciale.

Les commentaires interviennent après que le membre du Congrès Tim Scott, le seul républicain noir de la Chambre des représentants, a soutenu que les États-Unis ne sont pas un pays raciste dans une réfutation au premier discours du président à une session conjointe du Congrès.

A lire aussi: Joe Biden reconnaît le génocide arménien, une première pour un président américain

La vice-présidente Kamala Harris, la première femme noire à occuper ce poste, a déclaré que même si elle ne pense pas que l’Amérique est une nation raciste, la nation « doit dire la vérité sur l’histoire du racisme dans notre pays et son existence aujourd’hui ». « Je félicite le président d’avoir toujours eu la capacité et le courage, franchement, de dire la vérité à ce sujet », a déclaré Harris lors d’un entretien jeudi matin.

Biden, lors de son discours au Congrès, a affirmé qu’il ne fermerait pas les yeux sur ce qu’il a déclaré que les agences de renseignement américaines ont déterminé comme étant la menace prééminente pour la patrie: le terrorisme suprémaciste blanc, que l’ancien président Donald Trump a minimisé à plusieurs reprises. « Nous n’allons pas ignorer cela non plus », a déclaré Biden.

- Advertisement -
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -