Accueil Bénin Bénin - Politique « Quand un candidat est décrié, les électeurs peuvent voter contre lui », Patrice...

« Quand un candidat est décrié, les électeurs peuvent voter contre lui », Patrice Talon

Dans un entretien accordé à RFI et France 24 ce vendredi 30 Avril 2021, le premier depuis sa réélection à la tête du Bénin, le président Patrice Talon, évoquant l’écart entre lui et ses deux challengers, a affirmé que sa réélection est une adhésion du peuple à son programme de développement.

Le président Patrice Talon, réélu à 86% à l’élection présidentielle du 11 Avril 2021, attribue cette victoire à une adhésion massive du peuple béninois à son projet de développement et au résultat élogieux obtenu lors de son premier mandat.

A Lire aussi: Bénin; Médias de service public: des nominations prononcées à l’ORTB par le DG par intérim

« Quand un pays en si peu de temps s’est étonné lui-même et a pu étonner même le monde par ses prouesses, cela peut donner aux uns et aux autres, notamment dans le pays, le sentiment que quelque chose se passe et qu’il faudrait que ça continue”, a fait savoir le numéro 1 béninois.

Contrairement à ceux qui qualifiaient cette élection comme « du Talon contre Talon », le président béninois, réélu pour un second mandat, estime que la partie n’était pas en réalité gagnée d’avance.

Pour lui, c’est une mauvaise lecture que de dire que les candidats en face étaient des faire-valoir. A en croire Patrice Talon, la plupart du temps, les électeurs béninois émettent des votes de sanction. Et dans ce cas, ils peuvent voter contre vous quel que soit celui qui est en face.

“Souvent, quand un président est décrié comme on l’entend un peu partout, les électeurs peuvent voter contre lui, quel que soit celui qui est en face. Parfois, ça peut être un vote sanction“, a-t-il fait savoir.

Il se réjouit, néanmoins, que cela ne soit pas le cas lors de la présidentielle du 11 Avril 2021. Pour lui, sa réélection au premier tour du scrutin est une adhésion massive du peuple béninois à ses réformes et ses œuvres de développement.

AUCUN COMMENTAIRE