Bénin: Victor Topanou répond à Me Robert Dossou et compare le KO de 2011 à celui de 2021

L’élection présidentielle du 11 Avril 2021 continue de diviser la classe politique béninoise. Dans une interview accordée à la radio panafricaine Africa radio, l’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats du Bénin et ancien président de la cour constitutionnelle, Me Robert Dossou, compare cette élection à une pièce de théâtre. Par le parallélisme de formes, Victor Topanou, reçu par L’Evénement Précis, compare la dernière élection au KO de 2011.

Reçu dans la rubrique « A Palabre » du quotidien « l’Evènement Précis », le professeur Victor Topanou a opiné sur les dernières actualités liées à l’élection présidentielle du 11 Avril 2021.

A Lire aussi: Bénin: les Communes sélectionnées pour abriter la première vague des lycées agricoles (liste)

A la question de ce qu’il pense des déclarations de l’ancien président de la cour constitutionnelle, Me Robert Dossou qui, sur Africa Radio, a comparé l’élection présidentielle du 11 Avril dernier à une pièce de théâtre, Victor Topanou pense qu’il est dans son rôle, d’autant plus qu’il est avocat de certaines personnalités politiques, candidats à cette élection, mais recalées par la CENA.

« Je crois que dans l’interview à laquelle vous faites référence, il a été présenté comme avocat de deux candidats recalés. Il est donc dans son rôle de dire ce qu’il a dit, car un avocat a toujours raison même lorsque son raisonnement est faux, car il doit pouvoir défendre y compris un criminel pris en flagrant délit de meurtre« , a affirmé de façon sarcastique, Victor Topanou.

La déclaration de Victor Topanou vient jeter un regard nouveau sur le KO de 2011…

Le rapporteur du dialogue politique de 2019, le professeur Victor Topanou, va plus loin en établissant un parallèle entre l’élection de 2021 et celle de 2011, qui s’était soldé par la réélection au premier tour, par KO, du chef de l’Etat d’alors, Thomas Boni Yayi.

Ironie du sort, le professeur Robert Dossou était en ce moment-là, le président de la cour constitutionnelle. C’est donc lui, conformément à la loi fondamentale, qui a proclamé en 2011, le KO retentissant, fait le candidat Boni Yayi face au candidat de l’Union fait la Nation (UN), Me Adrien Houngbédji.

 » Ce qui m’a un peu amusé, c’est quand il parlait de la fraude par la loi. Cette déclaration vient jeter un regard nouveau sur le KO de 2011 au profit du Président Boni Yayi« , a affirmé Victor Topanou, qui tient visiblement à trouver des similitudes à ces deux élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus