«Réfléchissez avant de faire des études supérieures», un étudiant Belge dégoûté

Un élève s’est saisi de la page Facebook « ULB Confessions » de l’une des Universités Libres de Bruxelles (ULB) le 9 mars dernier pour exprimer son désarroi par rapport à ses études supérieures. C’est un résident de Bruxelles, la capitale de la Belgique.  

L’Université Libre de Bruxelles est une université belge francophone implantée sur trois principaux campus (le Solbosch, la Plaine, Erasme).

Cet institut dispose d’une page du groupe Facebook dénommée « ULB Confessions » qui permet aux étudiants de se confesser en toute discrétion, c’est-à-dire, s’exprimer dans l’anonymat.

L’un d’entre eux a vidé son sac à travers une longue publication adressée aux élèves du secondaire, a rapporté Sudinfo. Il les convie à repenser leur vie après le collège.

« Franchement, avec du recul, je regrette énormément d’avoir fait des études supérieures. Je suis en Master d’une prestigieuse école de l’ULB dont vous devinez le nom. Mes études ne me plaisent pas du tout et à vrai dire je me demande même pourquoi je les ai faites. Pendant toutes mes études universitaires, on m’a vendu le rêve d’une vie meilleure après le diplôme, parachevant je ne sais combien d’années d’efforts et de sacrifices (…) Aujourd’hui, près de 12 ans après, je constate qu’on m’a menti », a-t-il déploré.

Dans sa publication, l’étudiant certainement après avoir réfléchi à comment accéder à une autonomie financière, a fait une comparaison entre sa situation et celle de ses amis qui n’ont jamais mis pied dans une université et qui « se portent aujourd’hui très bien (voire mieux que moi en fait), qui ont déjà accumulé de l’expérience professionnelle, de l’argent (certains même beaucoup d’argent), ont déjà acheté leur premier appart, mis de côté, et sont aujourd’hui bien avancés dans la vie, là où moi je vais à peine démarrer, après des années de galères pendant lesquelles je devais sauter des repas de midi car n’ayant pas assez les moyens, et bosser au Colruyt à soulever des palettes pour pouvoir me payer un cornet de pâtes à midi. J’ai même envie de dire que, au final, les études supérieures, c’est un truc qui est fait pour les gosses de riches ».

A la fin de son message, il avertit les élèves du secondaire. « Réfléchissez bien avant de faire des études supérieures », a-t-il lancé, avant d’ajouter : « Ne croyez surtout pas que c’est grâce aux études que vous deviendrez riches. Ceux qui vous disent ça, vous mentent ».

La scolarisation, élément indispensable pour la richesse ?

L’école prépare-t-elle réellement les enfants à faire face à ce monde ?

Les parents ont toujours dit à leurs enfants: « Va étudier avec détermination et ferveur. Obtiens de bonnes notes et surtout sois excellent et tu auras un bon emploi rémunérateur ». Leur objectif était de leur assurer un enseignement collégial pour qu’ils aient toutes les chances de réussir.

Mais aujourd’hui, les choses ont énormément changé et cette idéologie ne fonctionne plus vraiment. Aujourd’hui, c’est heureux de constater que beaucoup de jeunes sont en train de comprendre qu’acquérir une bonne éducation scolaire et obtenir de bonnes notes, c’est bien. Mais cela ne suffit plus pour assurer la réussite.

Et comme l’a dit Robert Kiyosaki et Sharon Lechter dans leur livre « Père riche, père pauvre », « devenir riche ne s’apprend pas ». Ce qui compte, c’est de suivre sa passion, ne pas se tromper dans ses choix et se donner les moyens de réaliser ses rêves.

- Advertisement -
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -