« Ces élections présidentielles sont vraiment comme du Talon contre Talon », Mathias Hounkpe sur RFI

Alors que les Béninois se préparent pour choisir entre trois duos de candidats pour les présidentielles du 11 Avril, le chercheur Mathias Hounkpe, administrateur du programme de gouvernance politique de l’ONG Osiwa, pense que «ces élections présidentielles ne sont pas ouvertes et inclusives».

Mathias Hounkpe, administrateur du programme de gouvernance politique de l’ONG Osiwa, était l’invité de Laurent Correau, sur RFI ce jeudi 25 mars 2021. Alors que la campagne électorale de l’élection présidentielle du 11 avril débute ce vendredi 26 mars, le politologue a évoqué le caractère exclusif de ces élections présidentielles qui illustre le recul démocratique au Bénin.

« je suis de ceux qui pensent que ces élections sont vraiment comme du Talon contre Talon. Comme vous le savez, l’un des critères de validation des candidatures à la présidentielle au Bénin est le fait d’être sponsorisé par au moins 16 parrains. Les parrains dans la quasi-totalité sont détenus par deux partis politiques soutenant le chef de l’Etat. Ca veut dire que ces deux autres duos, [ Alassane Soumanou/Paul Hounkpè, et Corentin Couhoué/Iréné Agossa, Ndlr] n’ont été candidats que parce que les partis politiques qui soutiennent le Chef de l’Etat l’ont voulu. », a déclaré Mathias Hounkpe.

Pour l’administrateur du programme de gouvernance politique à Osiwa (Open Society Initiative for West Africa), « on ne peut pas de façon rationnelle aller soutenir des candidats qu’on considère comme crédibles et ayant véritablement des chances de gagner les élections contre soi-même. Pour moi, ces élections ne sont pas ouvertes et inclusives. »

Trois dossiers de candidatures à la présidentielle

Seuls trois dossiers de candidature sur les vingt déposés ont été retenus pour l’élection présidentielle du 11 avril.  Il s’agit des duos Alassane Soumanou et Paul Hounkpè, Patrice Talon et Mariam Talata Chabi, Corentin Couhoué et Iréné Agossa. Si l’ancien ministre Alassane Soumanou de la Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) est considéré comme le candidat de la plus grande formation politique de l’opposition, Corentin Kohoué, quasi inconnu du grand public, est une figure dissidente parmi les opposants au président Patrice Talon, magnat du coton arrivé au pouvoir en 2016.

Les grandes figures de l’opposition se trouvent en exil ou condamnées à des peines d’inéligibilité, leur interdisant de se présenter. L’opposition dénonce un scrutin verrouillé par le président. Patrice Talon « n’a voulu prendre aucun risque » et « il a choisi de sélectionner ses adversaires parmi ses alliés et refusé la compétition aux candidats capables de le battre dans les urnes », a accusé Joel Aïvo, candidat dont le dossier a été rejeté pour « défaut de parrainages ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus