Bon à savoir: pourquoi les plus compétents ne sont jamais promus?

Bien que le mérite vient du travail bien fait, ce ne sont pas toujours les plus compétents qui sont promus dans différentes entreprises. Plusieurs raisons expliquent ce choix fait par les responsables de plusieurs sociétés.

L’idéal aurait été que le vrai mérite soit la seule qualification pour un poste. Mais plusieurs autres considérations entrent en jeu. Selon l’étude «Boss Competence and Worker Well-being», la coauteure Amanda Goodall a indiqué que l’employé heureux est avant tout celui qui est dirigé par un supérieur hiérarchique capable de faire son travail.

«Les compétences du patron ont un impact beaucoup plus important sur votre satisfaction au travail que le salaire, le travail en lui-même ou le secteur dans lequel vous exercez.»

Mais qu’est-ce qui pourrait expliquer la promotion, dans certaines entreprises, des individus qui ne disposent pas de connaissances approfondies sur le cœur de métier de leur entreprise.

Si des personnes moins compétentes et même nonchalantes sont promues à des postes de responsabilité, c’est parce que leur présence est en effet une énigme qui attend toujours son Champollion.

S’élever à son niveau d’incompétence?

Dilbert, le personnage de bande dessinée créé par Scott Adams, a répondu avec humour: «Les gens les moins compétents sont systématiquement affectés aux postes sur lesquels ils risquent de causer le moins de dégâts: ceux de managers».

Laurence J. Peter et Raymond Hull, auteurs du célèbre ouvrage «Le Principe de Peter», pensent que c’est bien normal dans un contexte où l’incompétence est à promouvoir par hiérarchie.

D’après eux, dans une hiérarchie, tout employé est amené à s’élever à son niveau d’incompétence, car, disent-ils, tout poste est inévitablement occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité.

Une personne qui a l’air assurée, perçue comme une compétence

Une autre explication pourrait résider dans la tendance à croire que la barbe fait le philosophe. Tomas Chamorro-Premuzic, auteur d’un article publié sur le site Internet de la Harvard Business Review intitulé «Why do so many incompetent men become leaders?», explique ainsi qu’une personne qui a l’air assurée est souvent perçue comme compétente, d’où sa présence aux postes-clés d’une entreprise. «Nous confondons arrogance et leadership», a-t-il expliqué.

Mais peut-on vraiment parier sur le mérite? Dans son livre « S’orienter dans la vie: la sérendipité au travail? », Francis Danvers rappelle qu’aucune société humaine dans l’histoire n’est véritablement méritocratique.

Parfois, l’accès aux positions professionnelles les plus élevées dans la hiérarchie sociale n’est pas valorisé dans la vie sociale et professionnelle. Car, les amitiés, les affinités électives, la naissance et d’autres critères encore pèsent parfois plus lourdes que les études.

Aucun travail acharné ne mérite une promotion

L’assertion selon laquelle il faut travailler avec acharnement pour avancer dans sa carrière n’a jamais été vérifiée. C’est pourquoi, précise la spécialiste des comportements au travail, Lois Frankel, personne n’a jamais été promue à force de travailler.

A titre d’exemple, elle met en exergue une femme qui observait, tous les lundis matins, ses collègues masculins commenter pendant une demi-heure le match du dimanche avec le patron. «Quelle perte de temps. Pendant qu’ils parlent de football, moi je travaille!», se disait-elle.

Mieux, ses collègues décrochaient les missions les plus prometteuses pendant qu’elle, la plus compétente se consacrait exclusivement à sa tâche de 8 à 19 heures.

«Ils se retrouvaient avec le patron dans une sorte de fraternité sportive qui donnait à chacun l’occasion de mieux se connaître. Et lorsque des postes de confiance étaient à pourvoir, le patron avait tout naturellement tendance à choisir les collaborateurs avec lesquels il possédait des affinités», fait-elle remarquer.

L’une des raisons pour lesquelles les plus compétents ne sont pas promus est que les patrons préfèrent qu’ils restent à leur poste de subalterne puisqu’ils y sont compétents. Leur fait monter de grade fera perdre à l’entreprise la rentabilité qu’elle donnait.

Conséquence: autant ne jamais faire la promotion des plus compétents employés. Ce qui d’ailleurs explique pourquoi, aucun travail acharné ne mérite une promotion.

1 COMMENTAIRE

  1. A mon avis, il ne faut pas se baser sur des cas isolés pour en généraliser.
    Dans une entreprise, on ne peut pas continuer par promouvoir des incompétents au détriment des compétences. La maison va fermer. Ou bien cette entreprise n’a pas de plan de carrière ??? Cependant je suis d’accord que ce n’est pas seulement le compétent qui fait avancer une entreprise. Il y a d’autres critères tels que l’aptitude, le comportement, l’ordre sur soi, la question de la responsabilité, la personnalité…etc. Ce n’est pas parce que tu es compétent que nécessairement t’es un responsable !! ni quelqu’un de pondéré.
    Merci

- Advertisement -
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -