Bénin – Duo Soumanou-Hounkpè: des contestataires évoquent la violation des statuts

Le duo de candidats, choisi par la Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE), fait l’objet de contestation au sein même du parti. Au cours de la rencontre du BEN, ce jeudi, un camp de contestataires, dirigé par Théophile Yarou, a remis en cause la décision prise par le Bureau exécutif national.

Le Bureau exécutif national de la Force cauris pour un Bénin émergent a tenu, ce jeudi 28 janvier, une rencontre au cours de laquelle le duo de candidats, présenté par le bureau politique, a été acté.

A lire aussi: Présidentielle 2021 au Bénin: Houègbo “impose” la candidature de Agossa aux démocrates

Seulement, la procédure qui a conduit au choix des anciens ministres, Alassane Soumanou et Paul Hounkpè, est contestée par certains responsables du parti, dont l’ancien ministre de la défense Théophile Yarou.

Se basant sur les statuts et règlement intérieur du parti, les contestataires accusent le secrétaire exécutif national d’avoir choisi le représentant du parti en violation des règles en la matière.

Les points de contestation du choix Soumanou-Hounkpè

Pour les contestataires du choix de Soumanou Alassane et Paul Hounkpè, le Bureau Politique n’a qu’une seule mission, conformément aux textes fondamentaux du parti. Cette mission est organisée par l’article 36 du statut : « Il (bureau politique, Ndlr) est chargé de mettre en œuvre les décisions du Bureau Exécutif National ».

Ainsi, le bureau politique de la FCBE n’a aucune attribution dans le choix du candidat du parti à l’élection présidentielle, mais il a pour mission d’exécuter les décisions du BEN.

Mais, en la matière, demandent les contestataires, existe-t-il une décision du Bureau Exécutif National qui a confié cette tâche au Bureau Politique ? Non, martèlent-ils. Mieux, ils précisent que la dernière session du BEN du 29 décembre 2020 n’a pas décidé de la suite de la procédure devant aboutir à la désignation du duo de candidats.

« C’est d’ailleurs suite au désaccord sur ce point que la séance du 29 décembre a été suspendue pour reprendre que ce jour jeudi 28 Janvier 2021« , indiquent-ils.

Qui donc a autorisé Paul HOUNKPE à prendre seul la décision de choisir ceux qui peuvent être candidats à la candidature ? Qui a autorisé Paul HOUNKPE à procéder seul à la présélection des candidats et d’arrêter une liste de huit (08) candidats ? Se sont demandés les contestataires.

L’article 57 des statuts du parti pour éclairer l’opinion

Pour Théophile Yarou et consorts, la désignation du candidat du parti est bien organisée par l’articles 57 des statuts. Selon cet article, pour opérer la sélection des candidats du parti à l’élection présidentielle, le Bureau Exécutif National met en place un comité ad’hoc qui soumet à son appréciation les critères de sélection, six mois avant le début de la campagne électorale.

En français facile, indique les contestataires, cela voudrait dire que le BEN met en place un comité ad’hoc qui, avant de procéder à la sélection du candidat, doit soumettre à son appréciation les critères de sélection. Ceci pour permettre au BEN de s’assurer de l’objectivité de la sélection et surtout de pouvoir apprécier cette objectivité, au regard desdits critères.

En conséquence, poursuivent-ils, le Bureau Politique ne peut, en aucun cas, dessaisir le comité ad’hoc pour prétendre choisir le ticket présidentiel. Il apparaît donc clairement que le choix du duo FCBE ne revient pas au Bureau Politique qui n’a reçu aucun mandat dans ce sens, martèlent les contestataires.

Mais au cours de la session du BEN du 29 décembre 2020, il a été clairement décidé que la sélection du duo doit précéder la négociation du parrainage. A ce propos, il a été dit que c’est le parti qui doit négocier les parrains et non les candidats. Contre toute attente et en violation de cette décision du BEN, le Secrétaire exécutif national invite chaque candidat à aller négocier, par lui-même et pour son propre compte, le parrainage, déplorent-ils.

« Le comble, c’est que, en dépit de cela, le Secrétaire Exécutif National, Paul HOUNKPE, a adressé au Président du parti UNION PROGRESSISTE une demande de parrainage au nom et sur papier entête du parti.« , ont fait savoir les contestataires.

Pour eux, il y a manifestement là, une « manœuvre dolosive mal montée pour forcer le passage et imposer le schéma préétabli. Cette confiscation de la procédure de sélection du duo par le SEN n’est ni plus ni moins qu’un hold-up, un coup d’Etat contre notre parti, et ceci constitue une faute lourde pour laquelle l’intéressé et ses complices devront répondre tôt ou tard« , promettent-ils.

L’article 27 alinéa 4 comme prolongement de l’article 57

Pour le camp des contestataires, après le choix du ticket présidentiel, selon la procédure décrite précédemment, une candidature à l’élection présidentielle n’est définitive que lorsque le choix du BEN est entériné par le Congrès, conformément à l’alinéa 4 de l’article 27 des statuts qui dispose: « Le congrès statue en dernier ressort, sur toutes les questions qui lui sont soumises ou dont il peut se saisir souverainement. »

A lire aussi: Bénin: le corps d’un homme retrouvé dans un taxi à malanville

Ainsi, il revient au congrès et au BEN de valider le ticket présidentiel choisi, suivant la procédure prévue par les textes fondamentaux.

« En définitive, le ticket que vous nous présentez n’est pas légitime et ne peut représenter valablement le parti », se sont offusqués les contestataires.

Précisons que, dans le rang de ces contestataires, il y a Théophile Yarou, Premier secrétaire exécutif national de la FCBE, Dr Laurent De-laure Faton, secrétaire à l’économie numérique de la FCBE, Christine Gbédji, responsable genre, Prosper Adoukonou, Trésorier général adjoint, Dr Clément Koutchadé, coordonnateur 22eme circonscription électorale, Adamou Seyni Nouridine, Délégué section Université de Parakou

- Advertisement -
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -