Bénin: Patrice Talon accusé de parjure, Alain Orounla répond à Eric Houndété et Cie

Suite au Conseil des ministres du 28 novembre 2020 qui a rappelé la date (11 avril ) du 1er tour de la présidentielle de 2021, « Les Démocrates » a accusé Patrice Talon de parjure. Ce mercredi 03 décembre, le porte-parole du gouvernement, Alain Orounla, a apporté une réplique à Eric Houdété et Cie.

Selon le porte-parole du gouvernement, le Conseil des ministres a simplement rappelé la date du 11 avril 2021 pour la tenue du premier tour de la présidentielle. Il ne s’agit donc pas d’une décision prise par le gouvernement de son propre chef; mais du respect d’une prescription de la Constitution. Il avance la loi n°2019-40 du 1er novembre 2019 portant modification de la loi n°90-032 du 11 décembre 1990, portant Constitution de la République du Bénin pour justifier la date des élections.

A lire aussi : Bénin – Demande d’abrogation de la nouvelle constitution: le gouvernement répond à la Cour africaine

Cette date qui implique une légère prorogation de la fin du mandat du Président Patrice Talon a été fixée en raison des élections générales, particulièrement le couplage des élections, instauré par la nouvelle Constitution. Mais « Les Démocrates » reste toujours collé à l’ancienne Constitution, car pour ce parti, il n’y a jamais eu révision constitutionnelle. Les responsables de ce parti invite Patrice Talon au respect de la constitution qui a « fixé son mandat du 6 avril 2016 à 00h au 5 avril 2021 à minuit ». « Au-delà de cette date, le président Patrice Talon n’a plus, ni la légalité, ni la légitimité à présider aux destinées de notre pays, le Bénin »

5 Commentaires

- Advertisement -
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -