Bénin: Martin Assogba demande l’ouverture du parrainage aux opposants officiels

Martin Vihoutou Assogba est pour l’application de la disposition sur le parrainage pour le compte de la présidentielle d’avril 2021. Mais il préconise une ouverture pour éviter une élection exclusive. Sur l’émission Gros Plan du dimanche 29 novembre 2020 de BENIN WEB TV et Le Portail, il a souhaité que les « opposants officiels » soient pris en compte.

Martin Assogba est pour le parrainage et une élection inclusive; mais il fait la part des choses. Il n’est pas pour que le parrainage soit donné à ceux qu’ils qualifient d' »opposants non officiels ». « Le parrainage doit être ouvert jusqu’aux opposants officiels. Ceux qui n’ont pas encore leurs récépissés sont des opposants; mais pas des opposants officiels », a-t-il déclaré. Au-delà des « opposants officiels », le président de l’ONG Alcrer pense qu’on pourrait également donner le parrainage aux présidentiables indépendants.

A lire aussi : [Gros Plan] Bénin: Patrice Talon mérite un second mandat, selon Martin Assogba

Je peux aller mieux pour dire, tous ceux qui se sentiraient capables, il faut qu’on puisse leur donner la possibilité d’aller se vendre aussi. S’ils ont les moyens financiers, qu’on leur donne la possibilité d’aller payer les 50 millions.

Martin Assogba

Il est pour une élection présidentielle ouverte et inclusives; mais il prévient. Pour Martin Assogba, il faut faire attention pour ne pas tomber dans les travers que la réforme du système partisan est censé corriger. « Il ne faudrait pas que nous allions aux élections avec une pléthore de candidatures », a-t-il dit.

Que retenir du système de parrainage?

Avec la relecture du code électoral, le Bénin tente progressivement de tourner le dos à l’époque où la Cena recevait une pléthore de candidatures pour le compte des élections présidentielles. Le système de parrainage qui oblige les prétendants au poste de président de la République à avoir le parrainage des 10% des élus, limite désormais les candidatures. Cette nouvelle règle est instaurée par l’article 132 du nouveau code électoral.

A lire aussi : Bénin – Parrainage: les clarifications d’Azannaï sur le supposé recours de l’opposition devant la Cour

Désormais, pour voir sa candidature aux élections présidentielles validée, il faut en dehors des conditions prévues par la Constitution en ces articles 42 et 43, avoir la signature des 10% des élus (députés et/ou maires). Considérant qu’actuellement le Parlement compte 83 députés et que le Bénin dispose de 77 mairies, les présidentiables auront donc à se partager 83+77 = 160 x 10% = 16 élus par candidat, ce qui équivaut à 10 candidats pour les 160 élus.

1 COMMENTAIRE

- Advertisement -
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -