L’Inde achète des avions de combat français en prévision d’une guerre avec la Chine et le Pakistan

L’Inde a salué l’arrivée tant attendue de cinq nouveaux avions de combat de fabrication française mercredi à un moment où le pays est impliqué dans un conflit frontalier prolongé avec la Chine dans l’Himalaya.

La décision de moderniser l’armée de l’air indienne a été prise dès 2001, mais elle a été entravée par des discussions interminables, des accords échoués et des allégations de corruption. Les cinq avions Rafale ont finalement atterri sur une base aérienne d’Ambala, dans l’État de l’Haryana, sous des mesures de sécurité strictes, conçues pour empêcher toute fuite d’images sensibles des nouveaux avions. «Les avions ont atterri en toute sécurité à Ambala», a tweeté le ministre indien de la Défense Rajnath Singh. «Si quelqu’un doit s’inquiéter ou critiquer cette nouvelle capacité … ce devrait être ceux qui veulent menacer notre intégrité territoriale», a-t-il ajouté.

Ce commentaire faisait peut-être référence à des critiques de longue date en Inde concernant l’accord Rafale, qui a été signé avec la France en 2016 pour un coût de 6,76 milliards de livres sterling pour 36 jets «prêts à voler». Le parti d’opposition du Congrès a longtemps allégué que l’accord était corrompu, ce que le BJP au pouvoir nie. L’Inde voit une force aérienne forte comme une préparation essentielle au pire scénario d’une guerre sur deux fronts avec la Chine et le Pakistan. Sa propre analyse indique qu’une telle éventualité nécessiterait 42 escadrons de chasse (chacun contenant entre 18 et 24 avions), mais sa flotte d’avions vieillissante de l’ère soviétique est tombée à seulement 31.

- Advertisement -
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -