Covid-19: rapatriement des Béninois victimes d’un système d’arnaque au Ghana

Dans la nuit du vendredi 22 au samedi 23 mai 2020, 100 Béninois ont été rapatriés du Ghana pour leur pays d’origine. Cette opération a été menée par les autorités, en raison de la situation difficile des concernés, en cette période de pandémie liée à la Covid-19.

Après les Béninois rapatriés du Koweït et du Gabon, c’est le tour de 100 jeunes ressortissants béninois au Ghana de rejoindre leur terre natale. Selon le Directeur Départemental de la Santé (DDS) du Mono, la plupart des rapatriés sont de jeunes étudiants, victimes d’un réseau d’arnaqueurs.

« Si nous sommes à la frontière cette nuit, c’est parce-que nous sommes venus accueillir nos frères béninois qu’on a rapatriés du Ghana. En réalité, la plupart d’eux sont de jeunes étudiants qu’on a mis dans un réseau d’arnaqueurs, on les a arnaqués en réalité. C’est ça qui a fait qu’au Ghana, ils n’ont plus de ressources nécessaires pour survivre. Donc, lors du confinement au Ghana, ils se sont retrouvés dans la rue, parce qu’ils n’ont pas de maison, ils sont devenus des « sans domiciles fixes ». C’est ainsi que le gouvernement Béninois et l’ambassade du Bénin près le Ghana les a récupérés et les a envoyés dans leur propre pays, le Bénin« , Dr Étienne Hounkonnou, DDS Du Mono

Après l’accueil et les formalités d’usage, ils ont été subdivisés en deux groupes. Le premier groupe sera mis en quarantaine à l’Ecole Normale d’Instituteurs (ENI) d’Abomey où ils subiront les tests de diagnostic de covid-19. En ce qui concerne le 2ème groupe, ils ont été convoyés à l’ENI de Dogbo où ils seront soumis aux mêmes tests. Ce n’est qu’après les résultats que les cas négatifs seront autorisés à rentrer en familles. Les autres qui seraient positifs seront gratuitement pris en charge par l’Etat béninois.

Mode opératoire du réseau d’arnaqueurs

Selon les informations obtenues par Bénin Web TV, les jeunes étudiants béninois se sont rendus au Ghana suite à des annonces de recrutement et de bourses de formation. « On leur propose d’étudier et en même temps d’être employés dans une grosse entreprise qui en réalité n’existe pas », a confié une source.

Avant de se rendre au Ghana, ils sont invités à envoyer de grosses sommes pour hébergement et restauration. Une fois sur place, d’autres sommes leur sont encore soutirées. Au finish, ils se retrouvent sans argents et se rendent compte qu’il n’y avait eu que de fausses promesses.

- Advertisement -
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -