Muhammadu Buhari : "90% des victimes de Boko Haram sont des musulmans"

Le président Muhammadu Buhari a déclaré mardi que 90% des victimes de Boko Haram au cours des dix dernières années étaient des musulmans, a rapporté le site nigérian Within Nigeria.

Né d’un conflit armé entre l’Etat nigérian et les groupes salafistes djihadistes, Boko Haram a fait à ce jour des dizaines de milliers de morts et plus de 2,3 millions de personnes déplacées selon l’indice mondial du terrorisme. Pour plusieurs organismes internationaux, la cible prioritaire de cette secte islamique reste les chrétiens dont l’enseignement serait contraire aux doctrines islamiques. Mais pour Muhammadu Buhari, la perception selon laquelle les terroristes visaient uniquement ces confessions religieuses n’est pas toujours vraie.
Dans un article publié dans Speaking Out, une chronique d’opinion pour «Christianity Today», le président nigérian a confié que les membres de Boko Haram s’en prennent à tous les nigérians vulnérables avec une préférence pour les musulmans. «C’est la réalité que 90% de toutes les victimes de Boko Haram sont des musulmans. Ils comprennent un enlèvement de plus de 100 écolières musulmanes, ainsi que leur camarade de classe chrétien célibataire, des fusillades dans des mosquées; et le meurtre de deux imams éminents. C’est un simple fait que ces terroristes qui ont échoué ont ciblé les personnes vulnérables, religieuses, non religieuses, jeunes et âgées sans discrimination», a souligné le numéro 1 nigérian  assurant que son gouvernement  est déterminé à mettre un terme aux activités des insurgés.
Buhari  avertit par ailleurs les individus, les organisations et les groupes terroristes qui cherchent à diviser le pays par la religion. « Il n’y a pas de place au Nigéria pour ceux qui cherchent à nous diviser par la religion, qui obligent les autres à changer leur foi de force ou essaient de convaincre les autres qu’en agissant ainsi, ils font du bien. Nous ne gagnons peut-être pas encore complètement la bataille pour la vérité. Le christianisme au Nigeria n’est pas – comme certains semblent déterminés à le croire – se contracter sous pression, mais se développer et augmenter en nombre s’approchant de la moitié de notre population aujourd’hui », a indiqué le président nigérian.

- Advertisement -
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -